dimanche 11 octobre 2015

Rien n'est immuable

Une nuit d'insomnie et voilà ce nouveau lieu. 
J'avais juste envie de déménager, envie d'épurer aussi. C'est ainsi, rien ne dure. 
Pas de ligne de conduite, pas d'idée précise, à nouveau l'incertain.
    Mais que demeurent les arbres... 



9 commentaires:

  1. elle est magnifique cette photo... je reviendrai à minuit dans le jardin

    RépondreSupprimer
  2. Quelle belle entrée en scène, sous les arbres... Je reviendrai moi aussi.

    RépondreSupprimer
  3. Nouveau lien ajouté à notre liste sous les frondaisons.

    RépondreSupprimer
  4. je te suis dans ton nouveau jardin" :-))

    bisous. A samedi

    RépondreSupprimer
  5. au fait bulle07 c'est moi Flo. J'ai pris une adresse que Raphael a dû créer. J'arrive pas à faire autrement... :-(

    RépondreSupprimer
  6. Merci à toutes et tous ! Je suis très heureuse de vous retrouver ici :-)

    RépondreSupprimer
  7. Tu as déménagé mais je t'ai retrouvée en suivant la lune entre les feuilles des arbres, dans ton nouveau jardin...
    Merci de tes mots poétiques sous mes marguerites :-)

    RépondreSupprimer
  8. Certains diront : les blogs : Il n'y a pas de corps dans les post. Il manque quelque chose là-dedans : il manque les corps. Le corps.

    Le corps : je ne vais pas détailler, développer, préciser. Il me semble que le lecteur (le lecteur qui appartient à l'espèce humaine) a une petite idée du corps (ici le lecteur se touche assez fortement et dans tous les sens comme ça pour voir).

    La littérature. L'histoire littéraire. Les livres. L'extravagante question du corps dans le texte est largement et dans tous les sens abordée dans la littérature du monde entier.

    Tout ça pour dire : il n'y a pas de corps dans les blogs. Ça change tout. Mais c'est banal : il ne faut pas s'en inquiéter.

    Le corps.

    Il faut se donner des objectifs simple à atteindre ou à étreindre (as you like it, baby) : ma visée mettre du corps dans les blogs (pas tous les blogs).

    Je ne me fixe aucun objectif. Le corps c'est là. Le corps il est là lui.

    Elly. Vous vous êtes amusée avec Éternité : vous avez manipulé, transformé, corrigé les lignes : il existe trois versions d'Eternité : vous avez construit la votre.

    Je vais mettre du corps dans les blogs : tout va très bien se passer.

    L'absence du corps dans les blogs : faut que j'y arrive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Alf, merci pour ce bel et intéressant exposé qui s'élève des plis nocturnes de votre corps de lecteur.
      Mon directeur de thèse me disait, citant Barthes, qu'un lecteur ne choisit pas un auteur par hasard : c'est toujours la rencontre entre deux subjectivités, ou entre deux corps, si vous préférez. Nombre de travaux en sciences de la communication exprime également l'idée qu'une inter-communication, autrement dit, une relation interpersonnelle, est toujours un corps à corps, quelque soit le contexte : en face à face, ou via quelque médium. En somme, durant tout dialogue, et toute littérature est dialogique selon Bakhtine, des choses se passent entre les corps.

      Supprimer