vendredi 20 novembre 2015

Apocalypse now ? That is the question.

Nous pouvons entendre et lire, ces derniers temps, certains énoncés qui prêtent à réflexion. Ces énoncés évoquent notamment l'attrait que peut avoir des jeunes en quête de sens, en quête d'idéal, pour l'organisation terroriste et clairement sectaire (entendons bien que toute religion est sectaire), que représente daech : " L’idéologie de l’EI exerce un attrait puissant sur une certaine population". Certain article titre le "charme du califat", où l'on peut lire que "c’est la dimension apocalyptique de Daech qui séduit tant de jeunes Occidentaux à la recherche d’un sens à leur vie". Sur les ondes par ailleurs, nous entendons, de mémoire, quelques phrases répétant que l'EI offre sur le marché une idéologie qui rencontre une demande. Puissante entreprise, donc, qu'est l'EI, attractive, et qui sait s'adresser aux jeunes, semble-t-il, qui sait vendre une idéologie, qui sait séduire, attirer, faire rêver une partie des jeunes en marge, ou en errance, ou des exclus qui ont échoué à se conformer aux règles sociétales occidentales, qui échouent à (s')intégrer, à entrer dans la danse compétitive de l'idéologie dominante, des jeunes, en somme, en quête d'un monde meilleur, en quête existentielle. Et l'occident peine aujourd'hui à  apporter quelques lumières. N'a-t-il pas, d'ailleurs, été assez remarqué cette espèce de crise du sens qui submergerait celles et ceux qui vivent l'époque d'un Dieu est mort ?...
Nous pouvons avoir cette drôle (absurdité tragico-comique - pour rire et pleurer - tout comme lorsque Vladimir Poutine accuse Erdogan d'être un dictateur) d'impression - mais peut-être est-ce un effet de langage - qu'une logique marchande / consommatrice (d'idéologie) subsume même les plus barbares des barbares (les étrangers à nos modes de vie pervers). S'en remettent-ils, en effet, à la communication stratégique, ou au marketing ciblé, pour recruter dans leurs rangs des guerriers (sous le charme des diverses drogues plus ou moins rhétoriques et flattant leurs pulsions morbides) qu'ils rémunèrent, non à coups de lance-pierre, mais d'un salaire bien engraissé de dollars, avec privilèges sociaux par dessus le marché : logement et soins gratuits parait-il, éducation gratuite (et formatage, un peu comme partout de toute façon) pour tous les enfants, mères au foyer aidées financièrement, d'autant plus quand les maris ont rejoint dans une extase explosive le paradis des martyrs,  etc. Des avantages sociaux qui feraient baver plus d'un esclave salarié précaire de l'occident. Bref !
Ces obscurantistes, nommés tel quel par beaucoup d'humanistes, à la morale irréprochable et convaincus d'agir vertueusement sont, à l'inverse, persuadés que c'est le mécréant qui est un ignorant (à abattre)...
L'autre jour, Edgar Morin, invité à France Culture, disait que c'est une guerre qui oppose des "moins" barbares à des "plus" barbares... En fait, je pense que tout cela est bien complexe, pour reprendre un terme cher à Morin, et que nous  sommes toujours dans le caca une confusion planétaire, coincés au milieu de rigides de tout bord (ou des constipés, rechignant à lâcher leur caca pouvoir) incapables de penser entre les idéologies, incapables de poésie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire