jeudi 5 novembre 2015

Se donner un genre

L'individu n'est pas à un paradoxe près. On pourrait même affirmer qu'il se révèle plus souvent, finalement, comme tout et son contraire.


Un indéfinissable que l'on s'escrime à vouloir définir de quelques manières.


Un singulier que l'on se résigne à écrire au pluriel.


Une histoire sans cesse recommencée ou une inconstance que l'on taille, que l'on sculpte, que l'on voudrait rendre stylée.


Un édifice qui ne cesse de tomber en ruines, poussières de soi au vent ; ou que le fleuve charrie, poussières de soi noyées.



Comme des corbeaux aux lettres anonymes : le noir sur la peau, l'absurde et le sublime. 
Et que sais-je encore ?


Rien de bien déterminant.


Peut-être une métaphore qui s'incarne : et là, l'individu, il a l'air beau...
Il se remplit de mystères.
Et si c'était un nom pour commencer, au lieu du verbe ?
Toi, tu porteras ce nom étrange et j'ai espoir, ainsi, de te rendre un jour - et qui sait s'il arrivera un jour ?- humain.


Et aussi, tu auras l'impression d'être unique en ton genre.

11 commentaires:

  1. c'est magnifique ce texte, et tellement juste tellement exact. Oui, en peu de mots tu vas à l'essentiel. et je reçois cela, qui ne s'adresse pas seulement à moi, comme s'il m'était murmuré au creux de l'oreille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse que ce texte te "murmure", c'est peut-être ce qui bruisse entre les feuillages :-) Merci de ta visite.

      Supprimer
  2. La quatrième photo a quelque chose de plus que les autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup cette photo, je trouve aussi qu'elle a quelque chose... Je cherchais à voir la "timidité" des arbres.

      Supprimer
    2. Oui il y a quelque chose de cela...
      Arbres cachant pudiquement leurs troncs, épicentre de lourdeurs.
      Mais osant malgré eux la lumière...

      Supprimer
    3. Oui, avant la nuit, avant l'hiver, avant les grands froids...
      Merci de ta visite, cher Axel.

      Supprimer
  3. Bonjour Elly,

    Je viens d'apprendre qu'éthymologiquement, photographier, c'est écrire la lumière. J'ai le sentiment que c'est cet objectif qui tend votre objectif. La lumière. Celle que vous nous offrez dans vos textes et photos est souvent chaude et sucrée. Continuez.
    Et bon appétit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Stéphane,

      Oui, la lumière est assez présente ces derniers temps, une belle lumière d'automne.
      Ainsi va la vie, n'est-ce pas ? Entre ombres et lumières...
      Merci pour ce commentaire chaleureux et encourageant :-)

      Et belle journée !

      Supprimer
  4. Ton écriture de lumière sous les beaux feuillages
    accompagne complète éclaire parfaitement
    ton texte poétique philosophique mélancolique : d'automne

    La beauté c'est d'arriver à s'exprimer... si simple, par deux voies d'écriture
    et c'est cela qui est compliqué, rare, difficile à trouver
    Bravo Elly d'y arriver, merci !

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire venant d'un grand phoète comme toi me touche tout particulièrement, merci Rem* !

    RépondreSupprimer
  6. Le bouleau criblé de lumière essore ses branches sous les feux de l'automne
    Magnifiques photographies, instigatrices de rêveries...

    RépondreSupprimer