jeudi 3 décembre 2015

Petit pavillon aux bambous

Seul assis parmi les fins bambous,
Je joue du luth et je chante sans arrêt.
Au milieu de la forêt profonde
Je suis ignoré de tous.
La clarté lunaire apparait,
Elle et moi échangeons nos lumières.

Wang Wei
(701 - 761)

8 commentaires:

  1. Une forêt de bambous
    au clair de lune
    je m'endors

    RépondreSupprimer
  2. Clair de bambous
    dans une forêt de lunes,
    je m'éveille et lève ma coupe
    à l'ivresse de la vie.
    Nous voilà réconciliés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront, il est l'heure de s'enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise."

      Supprimer
  3. Un bambou, comme petite canne à pêche faisait autrefois mon bonheur de petite fille, tandis que des petits herbivores limaient leurs jeunes dents sur ces solides fibres.
    Une cabane de bambous ajourée …. J’aurais adoré chère Elly.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec du bambou, il fut un temps où je fabriquais des bâtons de pluie...
      Merci du passage chère Sibylle.

      Supprimer
  4. Seul face à la lune,
    je suis blanc et gris.
    Mes bambous aussi.

    RépondreSupprimer