lundi 28 mars 2016

Entre-deux

" Le poème est cette fameuse hésitation prolongée entre le son et le sens", dit Henri Meschonnic, reprenant Paul Valéry.



Une allusion
entre le son et le sens, 
entre l'image et le sens
entre le signe et le(s) sens,
frôlement indéfini...

Nous pourrions paraphraser H. M. et dire que la photographie est une longue hésitation entre l'image et le sens. 
Ainsi, deviendrait-elle, parfois, poème. 

 « ce n’est pas la main : c’est le regard 
qui écrit » (Et la terre coule, Arfuyen, 2006, p. 56). H. M.

« Ce que j’ai compris, c’est que je ne sais pas ce que je fais. Apprendre, c’est comprendre qu’on ne sait pas ce qu’on fait. Cela nécessite une critique de tous les savoirs. Mes poèmes sont mon propre inconnu que je découvre, ne sachant quand je vais écrire un poème ni ce que je vais écrire. Après coup, vient la réflexion. Tout ce qu’on peut emmagasiner comme savoir (mon savoir professionnel sur les choses du langage), tout ce que je peux savoir, n’est pas du tout ce qui me fait écrire. Je recherche ce que je ne sais pas – mon propre inconnu. » H.M. (source)
 

3 commentaires:

  1. Une convocation, une évocation, l'image provoque les mots, c'est ainsi que je la vis. Elle est prolongement de l'oeil.
    Il est des photos très belles, très artistiquement travaillées qui ne "parlent" pas et d'autres très imparfaites qui ouvrent vers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord :-)
      Puis dans l'entre, si l'on suit la pensée de Meschonnic, on pourrait y trouver le mouvement, le rythme, ou la prosodie (inter-subjective) du poème.

      Supprimer
    2. Bien d'accord avec, ci-dessus, Christine et Elly...

      Dans le même sens que Mesconnic, Octavio Paz écrit :
      "Poésie : république errante et de sons et de sens."

      En photo, j'ai tenté d'appliquer mon errance de l'œil à cette "république" là, pour parfois arriver à un "phoème"...

      Supprimer