lundi 4 avril 2016

Creuse l'écart

Tu n'as pas d'autres alternatives, pour le moment. 
A chaque fois que tu refais un voyage vers tes origines, je sens qu'une humeur mélancolique t'enveloppe, en même temps qu'une grande joie, celle de goûter à nouveau les saveurs familières, d'entendre à nouveau les bruits du passé, de voir à nouveau ce qui ne se voit plus pareil, et de sentir encore ces arômes d'autrefois et de présent mêlés. 
Dans ce retour vers l'ici d'ailleurs, la pluie et le soleil se confondent, moussons et couleurs mitigées. Mais il faut revenir pour mieux quitter.
Il y a son ombre qui te suit, partout, et ses paroles qui se pensent en toi, qui refont surface, à l'intérieur. Tu l'oublies quelques temps, plus ou moins.
Puis, à chaque retour, n'y a-t-il pas une angoisse sourde qui te resurgit ? Une nostalgie, des souvenirs en peine ? Elle n'est pas tout à fait absente, tu le sais bien, et elle hante chacun de tes lieux.


Là-bas, l'amer n'est pas celle d'ici, c'est tout.


4 commentaires:

  1. Bonjour Elly
    j'aime bien venir me poser/reposer et réfléchir par ici.
    Toujours avec délicatesse, les mots et les images s'introspectent
    et prennent le temps d'ébruiter le monde, le tien, le mien le notre le leur...
    si différent mais tellement semblable.

    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci JJ pour tes mots ici et sur ton blog. C'est chouette le réfléchissement réciproque.
      Belle fin de journée à toi.

      Supprimer
  2. elle est belle cette photo. C'est quelle plage ?

    tu vas donc bientôt partir ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est la mer méditerranée... Où ? Je ne sais plus exactement. En hiver.
      Sinon départ samedi !

      Supprimer