dimanche 15 mai 2016

« Avec des certitudes, point de style »


Une fois n'est pas coutume, il me vint l'envie de photographier le soleil.  Ce jour là, le temps tournait à l'orage. Dernière belle journée cependant, avant une semaine bien pluvieuse...
Nous ne sommes pas encore au mois de juin, mais je me souviens d'un petit poème écrit il y a plusieurs années.


 
Les gouttes de gris


Sous les cieux granit
se trame un déluge,
des gouttes de gris
font tout un grabuge.

Les bras nus frissonnent,
frou-frou de la pluie;
les ondées fredonnent
comme un air d'ennui.

Tout le jour s'égrène,
seconde en poussière;
le temps est en peine,
sombre sa lumière.

Et je me demande : sera-t-il pluvieux?
Sera-t-il pluvieux ce vieux mois de juin?





5 commentaires:

  1. Ces photographies me font songer aux couvertures de deux albums des Cures : Seventeen seconds & Faith ; une question d’ambiance sans doute… Ce beau poème habillé de gris y est aussi sans doute aussi pour quelque chose… Quant à la science du langage, c’est paradoxalement une matière ardue ; nous sommes tous tissé par notre langue – elle coule de source ; mais pouvoir parler entre les langues, pour reprendre l’expression de Barbara Cassin, être en mesure de se mettre en miroir, de décanter un commun et mettre à nu les rouages de la grammaire et du pensable, voilà une entreprise ambitieuse – avec un nombre défini de lettre se dessine un infini…

    Très belle journée : )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les sciences du langage, domaine finalement très vaste, sont passionnantes, à mon humble avis :-) Et tu résumes très bien une problématique fondamentale (oui, une entreprise ambitieuse) à laquelle elles tentent d'apporter quelques éléments de réponses, et à défaut quelques éléments de réflexion.
      Merci du passage et très belle journée également à toi.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Un vieux poème...
      L'écriture qui se voudrait poétique patientera quelques temps car j'expérimente en ce moment une autre forme d'écriture, qui j'espère ne manquera pas de créativité. Qui vivre verra, comme on dit !
      Merci d'être passé et au plaisir de te lire :-)

      Supprimer
  3. J'aime ce poème et sa douce mélancolie, et les photos sont tout à fait saisissantes. Le ciel c'est toujours fascinant

    RépondreSupprimer