mardi 11 juillet 2017

Du don des nues

Lilas, glycine, églantier, chèvrefeuille
les parfums printaniers se sont tôt dissipés
dans la chaleur et le sec de l'été entêtant
ils ne durent jamais qu'une saison
le temps d'un effluve, d'une vague mourante
le temps d'une vague émouvante



comme un ciel qui s'évanouit
comme un bleu qui s'évanuit
une tombée du jour rêvassant
une nuit rêvassée

Perdue dans les nues, les nuées, les nuances




Suivre le chemin des blés





Et laisser les nuages consoler un cœur lourd.







7 commentaires:

  1. Suivre le chemin des blés mène-t-il au bon champ?

    Blague vendéenne qui a la particularité de ne même pas être drôle pour les vendéens.

    Désolé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas pourquoi vous êtes désolé :-)
      Je ne sais non plus où mène le chemin des blés mais d'après un chanteur (Ridan):
      "et si le blé file du bonheur, je ferais peut-être agriculteur"

      Supprimer
  2. Merci beaucoup Elly.
    Des mots et des couleurs.
    des mots sur des humeurs de ciel
    essentiel
    dense et infini comme une mer
    au dessus de la tête.
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui dit "Merci beaucoup JJ", pour tes mots, tes couleurs, tes humeurs ! :-)

      Supprimer
    2. PS : ce sont des ciels artificiels

      Supprimer
  3. Chère Elly,
    Une envie de vous parler de la pluie et du beau temps me pousse à vous confier une information de la plus haute importance : ma préférence se porte sur la photo située au dessus d'"et laisser les nuages consoler un cœur lourd". Voilà, c'est dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison, cher Stéphane, c'est une information d'une importance capitale que vous livrez là. Rien de mieux que de parler de la pluie et du beau temps pour se sentir plus léger !

      Supprimer