mercredi 16 août 2017

Quand vient la fin

A la cérémonie d'adieu à M., le jeune prête a prodigué quelques leçons de morale au public. Il avait usé d'un langage "moderne", avec quelques expressions passe-partout du style "c'est profond", "c'est puissant". Sans doute voulait-il que son langage paraisse "in", que son langage "parle" aux gens d'aujourd'hui... Cela faisait un drôle d'effet. L'église veut-elle s'adapter au monde actuel ? Cela dit, si je ne me suis pas endormie en écoutant son sermon, c'est parce que je fus interpellée par une phrase : "La beauté sauvera le monde disait un écrivain russe"...
Dommage que l'auteur n'ait été cité. 
On dirait que ce jeune prêtre très dynamique avait pris des cours de communication, mais en utilisant superficiellement cette citation de Dostoïevski, se doutait-il qu'il faisait là référence à un auteur qui eût à cœur de mettre en scène le meurtre du père ?

 Des fois, on se pose des questions...

6 commentaires:

  1. Il y a longtemps que l'église est à la recherche du temps perdu, elle a toujours autant de mal à le rattraper.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a tous du mal à rattraper le temps perdu... Veillons à ne pas devenir aussi ridicule que la comédie dispensée par les représentants des églises.

      Supprimer
  2. Oui et puis c'est un personnage de Dostoievski qui dit cela, dans une histoire, cette phrase est souvent citée comme si ellereflétait la pensée de son auteur, qui décrit pourtantun monde assez peu reluisant. Je n'ai jamais très bien compris cette phrase d'ailleurs. mais elle est en effet souvent citée, comme celle de nietzsche " ce qui ne tue pas rend plus fort"et qui est devznue une sorte de cliché, qui, pour ma part, chaque fois que je l'entends merendplus furieux. Un prêtre citant Dostoyevsky sans le citer voilà qui est assez paradoxal !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord... Ce prêtre use de la poudre de perlimpinpin. Un discours facile pour tenter de maintenir les croyances aveugles, ou d'éveiller la foi chez des non-croyants, sait-on jamais.

      Supprimer
  3. A propos, de l'image... Je me demande si je n'ai pas vu cette ligne de montagne assez caractéristique depuis les sommets du château de Crussol (à moins que cela ne soit depuis Chateaubourg)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas, mais ce n'est pas impossible...

      Supprimer