dimanche 28 janvier 2018

Mille et une façons de mourir

On peut mourir pour des idées, de vieillesse, d'une maladie grave, d'un cancer, de peur, d'alzheimer, lentement mais sûrement, d'ennui, d'accident de voiture, d'une crise cardiaque, d'une tu meurs au cerveau, d'envie, d'amour, pour toujours, demain, d'épuisement, dans son sommeil, de faim, de soif, sur le coup, sous la torture, de rire, noyé, dans son bain, écrasé, congelé, brûlé, étranglé, pendu, bêtement, d'overdose, de chagrin, pendant un coma éthylique, durant un orgasme, pour de vrai et pour de faux, en enfer, de honte, de cause inconnue, d'une balle dans la tête ou dans le cœur, en faisant un selfie au bord d'une falaise, à la naissance (comme c'est dommage), etc.
Par exemple, je me tue à rédiger un cours sur la mort.

5 commentaires:

  1. Ne chantez pas la Mort, c´est un sujet morbide
    Le mot seul jette un froid, aussitôt qu´il est dit
    Les gens du show-business vous prédiront le bide
    C´est un sujet tabou pour poète maudit

    Je la chante et, dès lors, miracle des voyelles
    Il semble que la Mort est la sœur de l´amour
    La Mort qui nous attend et l´amour qu´on appelle
    Et si lui ne vient pas, elle viendra toujours

    La mienne n´aura pas, comme dans le Larousse
    Un squelette, un linceul; dans la main, une faux
    Mais fille de vingt ans à chevelure rousse
    En voile de mariée, elle aura ce qu´il faut

    De grands yeux d´océan, une voix d´ingénue
    Un sourire d´enfant sur des lèvres carmin
    Douce, elle apaisera sur sa poitrine nue
    Mes paupières brûlées, ma gueule en parchemin

    Requiem de Mozart et non Danse Macabre
    Pauvre valse musette au musée de Saint-Saëns
    La Mort c´est la beauté, c´est l´éclair vif du sabre
    C´est le doux penthotal, de l´esprit et des sens

    Et n´allez pas confondre et l´effet et la cause
    La Mort est délivrance, elle sait que le Temps
    Quotidiennement nous vole quelque chose
    La poignée de cheveux et l´ivoire des dents

    Elle est euthanasie, la suprême infirmière
    Elle survient à temps, pour arrêter ce jeu
    Près du soldat blessé dans la boue des rizières
    Chez le vieillard glacé dans la chambre sans feu

    Le Temps c´est le tic-tac monstrueux de la montre
    La Mort, c´est l´infini dans son éternité
    Mais qu´advient-il de ceux qui vont à sa rencontre?
    Comme on gagne sa vie, nous faut-il mériter"
    Léo Ferré
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci JJ, pour le partage de ce superbe poème de Ferré !

      Supprimer
  2. Le poème est de Jean-Roger Caussimon. Quant à la mort, Jankélévitch a écrit un gros ouvrage de 500 pages au moins sur l'affaire. C'est un sujet très en vogue en ce moment. Et pourtant la mort n'a jamais perdu de son actualité :-) Je ne sais pas si tu connais ce très interessant livre de Vinciane Desprêts, qui s'appelle "Au bonheur des morts"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'ai l'essai de Jankélévitch... Par contre je ne connais pas le livre de V. Desprêts. Merci pour l'info, je note.

      Supprimer
    2. merci d'avoir rectifié
      rendons à César etc...
      :-)

      Supprimer