dimanche 11 février 2018

Une femme de l'être


Quand le vain est tiré, il faut le boire.

Miss.Tic


Autour de moi, des cadavres. Expérience sauvage. L'énigme de mon destin se joue là ! Devenir l'autre, la survivante. Malédiction ou privilège. Fillette en nage, j'échappe au naufrage..., je suis au bord de la mère morte. Dans le fossé de la peur, mon corps géométrie s'est brisé. Dans ma bouche, un goût de malheur sans partage. Disparition définitive de ceux que j'aime. Je n'ai plus rien à perdre, à part moi. Sacrifice intérieur. Culpabilité secrète. Je vais passer un temps fou à déterrer les mots, là où la vérité est enterrée, mais je ne le sais pas encore.
J'ai dix ans et je n'ai plus d'âge.



in A la vie, à l'amor, Miss.Tic, Critères éditions, coll. Opus Délits, 2010.

12 commentaires:

  1. P.... de culpabilité ! Tu as beau veiller sur ta conscience, elle te joue de ces tours ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi, nous ne sommes pas maîtres chez nous...

      Supprimer
  2. «C'est faux de dire : Je pense : on devrait dire : On me pense. − Pardon du jeu de mots.»

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que nous sommes tout autant des corps pensant que des corps pensés : des êtres parlant, des êtres parlés. Et peut-être que nous sommes même plus pensés que pensant, plus parlés que parlant.

      Supprimer
  3. Les femmes de l'être ou bien les hommes de l'être nous pansent un peu, n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer
  4. Hier nous avons parlé cuisine avec Elly.
    Un jour, je te montrerai comment on se sert d'un couteau, m'a-t-elle dit, à propos de la façon d'emincer les carottes et les morceaux de bœuf tendres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petit-Alf est tellement maladroit, il pourrait se couper les doigts avec un couteau.

      Supprimer
  5. Il y a bien quelques pansements dans ta pharmacie légère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a toujours des pansements pour soulager les coupures, ainsi que des anti-douleurs puissants.

      Supprimer