samedi 5 janvier 2019

Toi qui entres ici abandonne toute espérance

Une découverte un peu angoissante tout de même : je pense avoir rarement écouté une musique aussi angoissante. Mais on peut comprendre, à lire l'histoire de György Ligeti.

C’est une musique volatile, convulsive, explosive, gesticulante, grotesque et tragique comme un tableau apocalyptique de Brueghel l’ancien.

Ligeti: Requiem III Dies irae


Pieter Brueghel, le Triomphe de la Mort (1562) © Interfoto – Alamy Stock Photo


6 commentaires:

  1. Brueghel's wors are fascinating. I'm afraid even Salonen can't make Ligeti easy...I need to spend some time with it.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I agree with you, Ligeti is not easy... but I think really interesting. Strange atmosphere !

      Supprimer
  2. Comment rester zen avec un prénom pareil?

    RépondreSupprimer
  3. Fascinant Ligeti (entendu en concert, il y a peu)

    RépondreSupprimer